Blog Mode Le Petit Monde de Julie

RED

Cette saison, le rouge est partout!

On est envahis. Ça tombe bien, j’avais commencé à avoir un début de lubie avec cette couleur cet été alors qu’avant je n’en portais jamais… Probablement le traumatisme JeanneMas-ien (?).

Quand j’ai vu ce pantalon large chez H&M, pour même pas 30 balles, je ne pouvais que craquer. J’ai même failli embarquer le blazer assorti puis j’ai pensé « point trop n’en faut« .

Puis j’ai regretté.

Alors j’ai trouvé une autre veste qui pourrait bien s’associer avec. La prince de galles pardi! D’avance toutes mes excuses pour celles qui commenceraient à faire une overdose de cet imprimé car je pense que je ne suis pas prête d’arrêter d’en porter.

Ce jour-là, j’allais à l’opéra et je me demandais ce que j’allais bien pouvoir mettre. Je ne voulais pas trop en faire mais il me fallait quelque chose d’un minimum chic. Le pantalon, les sandales à talons (qui au passage m’ont flingué les pieds) et le blazer étaient parfaits pour l’occasion. Pour la touche cool, j’ai enfilé un t-shirt à message.

Jusque-là, tout allait bien.

A peine arrivée, je me rends compte que le pantalon est hyper froissé. Il fait partie de ces pièces où si tu ne passes pas la journée debout sans t’assoir une seule fois, tu dois emporter ton fer avec toi. Le passage « voiture » lui a été fatal. Cerise sur le gâteau, je m’étais fait 2 belles tâches sur le devant, en plein milieu. Ben oui, c’est pas rigolo sinon!

Et voilà comment un look qui était censé être parfaitement approprié à la situation s’est transformé en grosse cata. Moi je dis, Photoshop devrait exister dans la vraie vie, pas seulement sur l’ordi!

Sur ce, mon pantalon rouge taché/froissé et moi vous souhaitons une agréable journée.

Bisettes.

Veste prince de galles Stradivarius

T-shirt MKT

Pantalon H&M

Chaussures Zara (ancienne collection)

Sac Yesstyle (ancienne collection)

FACEBOOK • TWITTER • YOUTUBE • INSTAGRAM

Commentez
Vous aimerez aussi

4 séries vues #octobre2017

Depuis que l’Homme et moi avons pris un abonnement Netflix il y a quelques mois, on s’en donne à coeur joie. Terminez les attentes d’une semaine entre chaque nouvel épisode. Là, on regarde tout d’un coup et on dévore les séries à vitesse grand V par rapport à avant. Oui parce qu’il y a clairement un « avant » Netflix et un « après ». Avant, tu as une vie sociale, des activités… Après, tu attends le week-end avec impatience pour avoir ta dose de… séries!

Et donc, voici nos 4 derniers « divertissements du soir ».

THE GOOD PLACE

SYNOPSIS : Après avoir été percutée et tuée par un semi-remorque, Eleanor se réveille dans ce qui semble être la vie après la mort. Lorsque Michael, l’Architecte des lieux, lui apprend qu’elle est au « Bon endroit » compte tenu ses bonnes actions, elle réalise qu’elle a été confondue avec quelqu’un d’autre. L’arrivée d’Eleanor pourrait bien mettre en péril l’équilibre de ce monde où personne ne jure ou ne boit de l’alcool à outrance. La jeune femme va devoir travailler sur elle-même afin de devenir une meilleure personne si elle souhaite conserver sa place dans l’au-delà. Bien entendu, elle sera épaulée par de nouvelles connaissances à l’instar de Chidi, son « âme soeur » qui voit toujours le bon côté des gens, ses voisins un peu trop parfaits Tahani et Jianyu, et enfin Janet, véritable source de savoir ambulante…

MON AVIS : Le sujet me paraissait très drôle et décalé, pas trop vu et revu comme certaines histoires, c’est ce qui m’a donné envie de la regarder. Les premiers épisodes étaient drôles et légers mais j’avais un peu de mal à m’attacher aux personnages bien que tous hauts en couleur. Un peu comme la série courte que tu regardes entre midi et deux mais que tu peux facilement remplacer par une autre sans regret. C’est finalement au bout de 5/6 épisodes que je suis vraiment « rentrée » dans l’histoire. Le final de la saison 1 est parfait. On ne s’y attend pas du tout et la seconde commence très bien. Plus les épisodes passent, plus je trouve qu’elle s’améliore.

WHITE GOLD

SYNOPSIS : En 1983, dans l’Essex, Vincent, un vendeur charismatique d’une trentaine d’années, dirige une petite entreprise de vente de double vitrage. Avec un seul mot d’ordre pour lui et son équipe de vendeurs : ne pas hésiter à user de tous les stratagèmes pour assurer une vente auprès des clients potentiels…

MON AVIS : Hormis le fait que le personnage principal est canon, l’histoire de vendeurs de fenêtres me laissait dubitative et c’est la curiosité de voir de quelle façon un sujet qui parait aussi peu intéressant allait être traité qui m’a donné envie de la commencer. Une fois encore, Netflix a la palme pour nous plonger dans l’Angleterre des années 80. Musique, costume, décor, tout est parfait. Gros coup de coeur pour le personnage principal, complètement déjanté avec un culot monstre et un ego surdimensionné. Les 2 autres personnages masculins, bien que moins exubérants que Vincent, sont tout aussi intéressants, chacun dans leur style. C’est drôle, différent de ce que l’on voit d’habitude. Il me tarde de voir de quelle façon va être traitée la saison 2.

MASTER OF NONE

SYNOPSIS : Le quotidien de Dev, un acteur new-yorkais de 30 ans, qui a plus de mal à se décider sur ce qu’il veut manger que la direction à donner à sa vie. Ambitieux, drôle et cinéphile, il est à la fois très centré sur son propre bien-être et attaché à des sujets divers et variés tels que la situation critique des personnes âgées, le sort des immigrants et comment dénicher les pâtes les plus délicieuses pour le dîner.

MON AVIS : Enoooooooorme coup de coeur pour cette série qui traite de problèmes de sociétés comme le racisme, le sexisme, l’homophobie …etc, du rapport à la vieillesse aux problèmes de couples, tout y passe! Le regard porté sur chaque situation reste drôle et bienveillant envers notre génération, c’est une des choses qui m’a le plus plu. Le personnage principal, Dev, est terriblement attachant. Même si la saison 2 conserve ce côté critique « légère » de la société, elle est un peu plus basée sur une histoire d’amour.

A la fin de chaque épisode, j’avais le sourire aux lèvres. Master of None, c’est vraiment un shoot de bonnes ondes! J’ai beaucoup aimé l’esthétique de la série aussi qui a de faux airs des films de Woody Allen. Seuls regrets, qu’il n’y ait peut-être jamais de saison 3 et certains épisodes que j’aimerai voir durer plus de 20/30 minutes.

A voir absolument!

WET HOT AMERICAN SUMMER – 10 YEARS LATER

SYNOPSIS : Bon retour au camp Firewood ! 10 ans après leur été mémorable, les anciens monos organisent des retrouvailles déjantées, où certaines romances se ravivent et les querelles du passé reprennent de plus belle.

MON AVIS : A prendre au 10 000ème degré. Il s’agit de la « suite » d’un film des années 2000. Si vous aimez l’humour absurde de films comme Scary Movie, Wet Hot American Summer devrait vous plaire. Personnellement, la satyre des films américains me fait beaucoup rire. C’est assez court (une vingtaine de minutes pour 8 épisodes) donc ça ne devient pas indigeste. Ils ont su s’arrêter à temps. A voir uniquement si on accroche ce style d’humour.

 

Et vous? Vos dernières découvertes?

FACEBOOK • TWITTER • YOUTUBE • INSTAGRAM

Commentez
Vous aimerez aussi
Page 18 sur 984« Première1016171819203040Dernière »