Blog Mode Le Petit Monde de Julie

Kimono, le retour

blog-mode

Depuis 2014, Bubble Mood et moi c’est une grande histoire d’amour.

Tout a commencé avec ce long kimono rose Karla, une des plus belles pièces de mon dressing. Il est sur mon testament celui-là! (Je croise les doigts pour avoir une fille ou un mec qui aime les kimonos roses. Les 2 me vont!) L’année d’après, j’ai craqué pour un modèle plus court + un flamantCelui de 2016 était assez différent. En 2017, retour aux sources avec de la couleur et des motifs. Frida (c’est son petit nom) ne va pas me quitter de l’été! Je vous présente son grand-frère (bleu et plus long) d’ici quelques semaines.

Pour le reste du look, j’ai pensé à ce t-shirt AMOUR + un short destroy pour la touche rock. Sans oublier mon panier rond parce que bon… ça fait été quoi! #Explicationenbéton

Je pense que je vais avoir du mal à reporter un « vrai » sac un jour #PassionPaniers

Sur ce, j’arrête avec les hashtags, je vous souhaite un très bon lundi au soleil, de belles vacances pour celles qui les commencent et je vous dis à demain!

Bisous.

blog-mode-t-shirt-l-amour

blog-mode-tendances-look-été-2017

blog-mode-kimono

blog-mode-le-petit-monde-de-julie

8N0A7226 copie

blog-mode-tendances-kimono-bubble-mood

8N0A7216 copie

8N0A7194 copie

8N0A7217 copie

kimono-bubble-mood

Kimono Frida Bubble Mood

T-shirt Miss Selfridges

Short Asos (pris une taille au dessus pour le porter plus bas)

Baskets Converse

Sac rond L’Equitable

blog-mode-montpellier

FACEBOOK • TWITTER • YOUTUBE • INSTAGRAM

Commentez
Vous aimerez aussi

6 ans de yoga, le bilan

8N0A7326 copie

Ma 6ème année de yoga vient de se terminer. Je vais changer de professeur l’an prochain alors j’avais envie de faire un petit bilan par ici.

J’avais déjà écrit un premier article il y a quelques années où je vous donnais mon point de vue sur la pratique après 2 ans et demi de cours et sur ma propre expérience avec le yoga de façon globale. 4 ans plus tard, ma vision a évolué, je trouvais donc intéressant de partager ça avec vous.

Quand je discute avec des gens, je me rends compte que la plupart qui n’ont jamais pratiqué ont une vision très éloignée de la réalité. On doit être hyper souple pour faire du yoga! Le prof c’est un peu un gourou non? Méfie toi, c’est pas une secte ton truc? Vous fumez des joins à la fin du cours? Etc etc etc… Je trouve ça dommage d’avoir autant d’idées reçues sur une pratique qui apporte tellement de choses positives au quotidien. J’espère que si c’est votre cas, ces quelques lignes vous apporteront une façon différente de voir le yoga.

Cette activité a profondément changé ma vie et je souhaite à tout le monde de réussir à retirer autant de bénéfices d’une pratique.

8N0A7315 copie

LA PRATIQUE

J’ai pris mon premier cours d’atha yoga il y a 6 ans. Pour rappel, celui-ci se décompose en plusieurs postures que l’on réalise pendant 1h30, 1 fois/semaine avec une attention particulière au souffle puis on termine avec une méditation de quelques minutes.

A partir de la 3ème année, j’ai commencé à pratiquer chez moi, toute seule, à raison d’une trentaine de minutes chaque jour. C’est à ce moment là que j’ai vu une vraie différence. J’y reviendrai plus bas en vous parlant des bénéfices.

Depuis quelques mois, j’ai repris la course à pieds. J’ai ressenti un besoin de me défouler. Je ne trouvais pas ça dans le yoga qui a plutôt tendance à me « poser ». J’alterne donc 1 jour de yoga/1 jour de jogging et c’est pour l’instant un équilibre parfait pour moi.

Les séances à la maison et les cours collectifs sont complémentaires selon moi. Je n’imagine pas en privilégier un au détriment de l’autre.

Principalement pour la présence du prof qui corrige les postures, même après plusieurs années. Je sors toujours beaucoup plus zen d’un cours collectif que d’une séance toute seule pour la simple et bonne raison qu’il est difficile de prendre « vraiment » le temps chez soi. Il y a souvent quelque chose qui va nous déconnecter (le téléphone qui sonne, le chat qui vient demander un câlin, le livreur de colis qui sonne à la porte…etc). Et pour finir l’énergie que l’on retrouve dans un cours à plusieurs. Quelque chose que je n’aurai pas perçu les premières années mais que je constate nettement depuis 3/4 ans. On développe une sensibilité à certaines choses auxquelles on aurait pas prêté attention auparavant.

LES DIFFICULTES

• LE SOUFFLE

Quand j’ai commencé, je n’accordais aucune attention à ma respiration. C’est seulement au bout de quelques séances que je me suis rendue compte que je ne savais pas respirer. Chose que j’ai appris au fil des années avec le yoga grâce aux différents types de pratique (abdominale, yogique, carré, des rétentions…etc). Et ça, ça change tout! Je pense qu’au delà de la souplesse, il s’agit bien de la partie la plus importante. Si on « sait » respirer, on reprend le contrôle de ses émotions et de ses réactions face aux situations. Combien de fois je me suis énervée face à des choses qui n’en valaient clairement pas la peine. Aujourd’hui, ça m’arrive encore, bien sûr, mais tellement moins souvent! Malgré tout, j’ai l’impression de « stagner » un peu ces deux dernières années à ce niveau là. J’espère réussir à progresser encore davantage à l’avenir.

• LA SOUPLESSE

Certaines postures demandent une certaine souplesse mais ce n’est pas obligatoire. Le plus important est de réaliser la posture dans la mesure de ses possibilités et surtout de placer son souffle correctement. Tant pis si on arrive pas à toucher le dessus de sa tête avec son petit orteil. Vous voyez l’idée.

Au bout de 6 ans, je me suis certes, un peu assouplie à certains niveaux mais d’autres bloquent encore beaucoup. J’aimerai réussir à me déraidir, notamment au niveau des ischions-jambiers mais c’est vraiment difficile.

• L’ACCEPTATION

Quand on va à son cours de yoga, le but n’est clairement pas de faire des exploits, ni de se comparer à sa voisine. On n’est pas dans la performance ou la compétition. Mon prof le répète tout le temps « pas de jugement, on accepte ce qui est possible pour soi ». Sur ce point, j’ai constaté une sacré évolution. Les premières années, j’avais honte de ne pas arriver à tendre la jambe dans certaines postures là où ma voisine de 80 ans y arrivait sans sourciller. Aujourd’hui, j’ai compris qu’on s’en fiche, que ça n’a pas d’importance. Chacun a ses propres possibilités et c’est très bien comme ça!

LES BENEFICES

 

• LA SERENITE

C’est un des gros points positifs du yoga. A chaque fin de séance mais aussi de façon plus générale, surtout avec la pratique régulière et prolongée, j’ai gagné une sérénité au fil des années qui ne fait qu’évoluer. Je relativise énormément la plupart des situations de la vie de tous les jours. Avant j’étais constamment énervée/stressée, j’avais très souvent l’impression d’être victime d’injustices. En gros, je voyais le verre à moitié vide en permanence. Aujourd’hui c’est l’inverse, je le vois à moitié plein. Je n’ai plus du tout la même vision de la vie. Je ne dis pas que je n’ai jamais de problème, que tout est toujours rose mais j’ai changé ma façon de faire face aux choses. Je suis plus positive et souvent plus réaliste qu’avant où je me faisais « un monde » de pas grand chose. Tout ça, en partie grâce au souffle. Quand je sens un problème/une contrariété arriver, je fais attention à ma respiration qui a tendance à s’accélérer. En corrigeant ça, j’ai une vision plus claire des choses et je peux donc apporter une réponse plus adéquate à chaque situation. Tout ça peut paraitre assez flou mais je vous assure que ça fonctionne.

 

• L’AMELIORATION/LA DISPARITION DE PROBLEMES CHRONIQUES

Je suis atteinte du syndrome de l’intestin irritable depuis l’adolescence ce qui est très douloureux et handicapant dans ma vie de tous les jours. Ces dernières années, en parralèle d’une alimentation relativement équilibrée et d’une bonne hygiène de vie, je suis persuadée que le yoga a très fortement contribué à améliorer mon état. Mes « crises » se sont très largement espacées et sont beaucoup moins fortes qu’il y a quelques années en arrière.

Avant de commencer le yoga, je faisais aussi énormément de crises de spasmophilie. Aujourd’hui, il est extrêmement rare que ça m’arrive et quand c’est le cas, je respire correctement et j’arrive à me calmer en quelques minutes seulement. Un vrai bonheur quand je repense à l’angoisse que ces crises provoquaient chez moi à l’époque.

 

• LA SOUPLESSE PSYCHOLOGIQUE

En travaillant cette idée de s’accepter, tel que l’on est avec ses propres possibilités à chaque cours, j’ai l’impression que j’ai aussi gagné en « souplesse psychologique ». Même si je suis encore très loin d’être ma meilleure copine, je suis beaucoup moins dure/jugeante envers moi même. J’accepte d’avantage de ne pas réussir tout ce que j’entreprends, de ne pas toujours avoir les bonnes réactions, plus simplement de ne pas être parfaite. Ca n’est pas toujours facile mais j’y travaille et je vois une réelle évolution.

De façon plus globale, j’ai aussi développé mon empathie et ma tolérance à l’égard des autres. Là encore, chacun est différent et c’est tant mieux.

8N0A7334 copie

CONCLUSION

Je suis vraiment heureuse d’avoir un jour franchi la porte d’un cours de yoga. J’irai même jusqu’à dire que c’est une des meilleures décisions que j’ai prise. Aujourd’hui, je n’envisage pas ma vie sans yoga. Je ne vais pas vous mentir, il n’y a pas de recette magique. Si on veut vraiment voir une évolution et de réels bénéfices, il faut pas mal de pratique, de la patience et un peu de persévérance mais le résultat en vaut vraiment la peine! Ces 6 dernières années n’ont fait que me conforter dans l’idée que le yoga est excellent, que ce soit pour le bien être physique ou encore psychologique. Je vais donc continuer à pratiquer de très longues années et j’espère encore gagner en sérénité.

Comme d’habitude, si vous avez des questions, n’hésitez pas, ce sera un plaisir de vous répondre 🙂

8N0A7308 copie

FACEBOOK • TWITTER • YOUTUBE • INSTAGRAM

Commentez
Vous aimerez aussi
Page 9 sur 939« Première78910112030Dernière »